Produits locaux

Produits locaux

Notre politique

Nous accordons une attention croissante à la provenance de nos articles et entendons par là investir dans l’économie locale. Nous négocions également des contrats avec des fournisseurs luxembourgois pour d’autres pays Lidl en Europe. C’est ainsi que nous favorisons l’exportation de produits belges.

Une foule de produits de notre assortiment permanent portent déjà le drapeau luxembourgeois. Pensez par exemple aux produits Luxlait

De la sorte, non seulement nous soutenons l’économie luxembourgois, mais nous limitons également l’impact du transport sur l’environnement.

Notre objectif

Lidl ambitionne d’augmenter ses ventes de produits locaux de 10 % chaque année.

Aux origines de nos produits

picture

Leonard, éleveur de bovins à Zele

Dans leur ferme située à Zele (Flandre-Orientale), le bio-ingénieur Leonard et son épouse élèvent des blancs bleus belges avec un grand respect pour le bien-être de leurs animaux, depuis 1992. En plus de 20 ans, l’exploitation de Leonard est devenue une entreprise familiale florissante qui compte quelque 170 bovins.

Beaucoup d’espace, peu de médicaments

Leonard veille à ce que ses bêtes puissent passer le plus de temps possible en pâture dans une réserve naturelle qui occupe non moins de 20 hectares. Lorsqu’elles sont forcées de rentrer à l’étable, celle-ci est toujours pourvue d’une couche de paille suffisante pour leur assurer le meilleur confort.

En outre, Leonard limite au minimum toute forme de médication pour bovins et se passe d’antibiotiques à usage préventif.

Une alimentation variée

Les différentes sortes d’herbe, de pousses sauvages et de plantes nourrissantes du pâturage assurent la variété de l’alimentation des bovins. Leonard cultive en outre la majorité des aliments destinés à ses animaux. Les eaux souterraines utilisées font donc chaque année l’objet de contrôles qualité extrêmement minutieux.

picture

Erik, producteur de tomates à Wavre-Sainte-Catherine

La qualité et la durabilité avant tout

Erik a investi dans une toute nouvelle serre où il a fait le pari de la qualité et de la durabilité.

Il cultive ses tomates dans des gouttières suspendues sur un substrat de coco, qui constitue une alternative au terreau traditionnel. De cette manière, l’eau et les nutriments sont réutilisés et le sol n’est pas affecté. L’eau utilisée dans la serre provient uniquement de l’eau de pluie, qui est purifiée de manière naturelle (grâce à une roselière).

Dans la serre, des centaines de bourdons assurent la pollinisation des plants de tomates, tandis que des réduves empêchent les insectes et parasites vecteurs de maladies d’endommager les plants.

Dans la mesure où les tomates ont besoin d’un apport thermique supplémentaire pour pouvoir pousser sous le climat belge, Erik a investi dans un système de cogénération au gaz. Cette installation alimente l’ensemble de la serre en chaleur et en électricité. Le CO2 ainsi généré est quant à lui récupéré pour nourrir les plants de tomates. Des housses isolantes gardent la chaleur à l’intérieur durant la nuit tout en laissant le soleil faire son œuvre en journée.

Une fois toutes les tomates cultivées, Erik veille enfin à ce que tant les plants de tomates que le substrat de coco dans lequel ils poussent soient transformés en compost.

picture

Yves, producteur de chicons à Balegem

La qualité et la durabilité

Il y a quelques années, Yves a repris l’entreprise de son père, négociant en chicons. Il a alors non seulement décidé de vendre ses chicons, mais également de les produire afin d’en garantir la qualité et la durabilité. Une vision en parfait accord avec la méthode de travail de Lidl.

Une utilisation durable de l’eau

L’eau qu’Yves utilise pour ses cultures est puisée dans le sous-sol de la région et subit chaque année des contrôles stricts en matière de qualité. Elle est ensuite réutilisée en continu jusqu’à ce que les chicons puissent être récoltés.

Cette eau est ensuite compostée avec les feuilles de chicon superflues pour être transformée en humus, qui servira ensuite d’engrais dans les champs.

Une faible consommation d’énergie

Pour réduire sa consommation d’énergie, Yves a décidé d’agir à la source et a donc investi dans un entrepôt à l’isolation supérieure. En y ajoutant un système de régulation séquentielle du circuit de refroidissement et une cabine électrique moderne, il obtient dès lors une belle réduction sur la facture d’électricité.

Les cheminées sur le toit aspirent l’air extérieur pour réguler la température intérieure. Ce processus entièrement automatisé passe par une commande PLC qui règle également le taux d’humidité de l’air dans le bâtiment de culture.